Welcame to Constitutional Council of Cambodia
Qu'est-ce que le Conseil Constitutionnel?
Symbole
Compétence
Composition et Procédure
Séries Q & A
Notification
Activités
Structures
Histoire des leaders
Plus de vidéos

La tradition cambodgienne ne connaît pas le système de contrôle de constitutionnalité. La Constitution du 6 mai 1947 successivement modifiée jusqu'au 31 mars 1964 n'a prévu, en son article 119, que le droit d'interprétation des textes constitutionnels, et non le contrôle de constitutionnalité. Ce droit d'interprétation appartenait en dernier ressort à l'Assemblée Nationale.


L'institution d'un système de contrôle de constitutionnalité a vu le jour, pour la première fois, dans la Constitution républicaine du 30 avril 1972, sous le nom de « Cour Constitutionnelle ». Malgré son nom, cette Cour Constitutionnelle est un organe à part, ne relevant pas de l'Autorité judiciaire. L'influence occidentale est donc manifeste.


L'arrivée du Régime des Khmers Rouges en 1975 a amené le massacre de la population et la destruction complète de toutes les structures et a foulé aux pieds les règles de droit sans exception jusqu'à la fin de l'année 1978.


Après la libération du 7 janvier 1979, en même temps que la reconstruction de la Nation dans tous les domaines, la restauration du système juridique est activement entreprise. La Constitution de la République Populaire du Kampuchea de l'année 1981 a autorisé l'interprétation des lois par le Conseil d'État en tant qu'organe permanent de l'Assemblée Nationale.


La Constitution d'Etat du Cambodge de 1989 a stipulé que le comité permanent de l'Assemblée Nationale interprétait les lois.


Cependant, en ce moment, l'interprétation de la Constitution et le contrôle de la constitutionnalité de la loi n'existaient pas.


La nouvelle Constitution, adoptée le 21 septembre 1993 par l'Assemblée constituante issue des élections de 1993 organisées par l'ONU, a été promulguée le 24 septembre 1993. Ce fut de nouveau le retour à l'influence occidentale, retour rendu possible par l'APRONUC (Autorité Provisoire de l'Organisation des Nations- Unies pour le Cambodge). Le chapitre XII (nouveau) de la Constitution traite du « Conseil Constitutionnel » qui rappelle, à bien des égards, le Conseil Constitutionnel français.


Toutefois, il y a quand même quelques différences assez spécifiques par rapport au modèle français, notamment en ce qui concerne le contrôle a posteriori de la constitutionnalité des lois promulguées et l'audience publique dans le jugement des litiges relatifs aux élections législatives. L'audience publique est prévue par la loi sur l'élection des députés promulguée le 26 décembre 1997.


Il est également à remarquer que la Constitution de 1993 a été déjà amendée à cinq reprises:


• la première fois, le 14 juillet 1994, pour la délégation de signature du Roi au chef d'État p.i;


• la deuxième fois le 08 mars 1999, pour l'institution d'un Sénat.


• la troisième fois, le 28 juillet 2001, pour la création et l'octroi des distinctions honorifiques nationales par le Roi.


• la quatrième fois, le 19 juin 2005, pour l'amendement de quorum de la session de l'Assemblée Nationale et du Sénat.


• et la cinquième fois, le 09 mars 2006, pour l'amendement de quorum de la session et de voix adoptable de l'Assemblée Nationale et du Sénat.


Welcame to Constitutional Council of Cambodia
NOUVELLES VIDEOS
Qu'est-ce que le Conseil Constitutionnel ?
Symbole
Compétence
Composition et Procédure
Séries Q & A
Notification
Activités
Structures
Histoire des leaders
Welcame to Constitutional Council of Cambodia
Go Back top